#ParlonsVrai : la tragédie des faits alternatifs

1
270
Read Loupe Search Magnifying Glass Silence Enlarge / © MaxPixel / Creative commons

L’ère des faits alternatifs inaugurée par Donald Trump est une tragédie démocratique.

Tragédie tout d’abord par les effets que des propos totalement faux peuvent générer. Ainsi, les prétendus attentats islamistes qui auraient été cachés par la presse dont les attentats de Paris, de Bruxelles, de Nice n’ont d’autres objectifs que d’essayer de mettre le feu aux poudres non seulement à l’intérieur des États-Unis mais également l’extérieur.

Qu’il faille appeler un chat un chat y compris lorsqu’il s’agit d’attentats islamistes est nécessaire. Mais inventer des attentats qui ne se sont jamais produits ou prétendre qu’ils ont été tus n’est destiné qu’à stigmatiser la presse qui serait alors complice de ces attentats.

C’est irresponsable, criminel, voire les deux.

Rappelons-nous l’incendie du Reichstag, mis par Hitler sur le dos de ses opposants politiques alors que l’auteur de cet incendie non seulement n’avait aucun lien avec eux mais de surcroît avait probablement été manipulé par les services nazis. Il a été le prétexte de la disparition des partis politiques, des syndicats puis de la presse libre. Mais la tragédie des faits alternatifs est avant tout un cancer démocratique. Il ne peut y avoir démocratie que s’il y a confiance dans la parole publique et la presse est là pour informer, lutter contre la désinformation ou le mensonge et sa pluralité est précisément la condition du bon fonctionnement du système.

S’attaquer comme Donald Trump le fait à la presse sape précisément l’état démocratique du système. S’il n’y a plus de vrai et de faux, il devient alors absolument impossible de mettre d’accord une société en partant de la vérité. Celle-ci n’existe plus puisque la réalité est niée. Dès lors, la parole publique est immédiatement sujette à caution et la démocratie s’étiole puis disparaît. Il n’est pas possible en effet de débattre sur des faits faux présentés comme vrais. Le drame est que l’usage des faits alternatifs se propage comme un virus dans le monde. C’était jusqu’à présent l’apanage système autoritaires et fascistes que d’utiliser le mensonge pour conforter un pouvoir incapable de se mesurer à la vérité. Dès lors que les systèmes démocratiques à commencer par le système américain recourent aux faits alternatifs comme de vulgaires dictatures, tout est possible.

Nous en avions déjà eu quelques échantillons avec le Brexit où la campagne a reposé essentiellement sur un mensonge : les 350 millions d’euros payés à l’union européenne seraient intégralement reversés à la sécurité sociale. Il n’a pas fallu attendre le lendemain des élections pour que Boris Johnson et le député Farrage reconnaissent que c’était une « erreur ». C’était évidemment tout sauf une erreur, le terme erreur s’appliquant à un acte involontaire de l’esprit.

Erreur ou présentation maladroite, voilà également deux mots utilisés lorsque « le fait alternatif » se heurte à une réalité indéniable enregistrée sur une image ou dans un son de l’intéressé lui-même. Ce sont les termes employés par François Fillon pour qualifier les contrevérités évidentes qu’il a pu égrener depuis 15 jours pour essayer de justifier une situation injustifiable. Hier encore, dans sa conférence de presse, affirmer que la journaliste qui avait interviewé sa femme en 2007 s’était montrée très choquée de l’utilisation qui avait été fait de cette interview qui aurait été en anglais et tronquée était-il un fait alternatif ? C’est en tout cas une contrevérité car l’interview était in extenso sur France 2 et la journaliste n’a jamais pris Cette position. D’où vient donc ce besoin irrépressible de présenter comme vrais des faits qui sont faux ?

De fil en aiguille, de petits faits alternatifs en énormes mensonges, c’est la parole publique qui s’affaiblit pour ne devenir qu’un son parmi d’autres. Et, cet usage du fait alternatif s’accompagne de l’agression systématique et volontaire contre les deux pouvoirs qui pourraient à juste titre remettre les pendules à l’heure : La presse et la justice.

Ce n’est pas un hasard si Donald Trump vitupère contre le magistrat et la cour d’appel qui se sont élevés contre son décret anti musulman ; pas plus que ce n’est un hasard si Marine Le Pen refuse de remettre en cause sa candidature si elle est mise en examen au motif qu’elle ne dépend pas du gouvernement des juges est et ose déposer une plainte contre les magistrats qui font leur travail ; ce n’est pas davantage un hasard si François Fillon met en cause le parquet financier. Et que dire de la mise en cause systématique de la presse, qui certes n’est pas parfaite, mais qui, grâce à sa pluralité, permet précisément de dégager une réalité.

Bref, Trump et la culture du fait alternatif qui visiblement inspirent l’extrême droite et même certains à droite sont des venins pour le système démocratique.

PARTAGER
Article précédent#ParlonsVrai : arrêtez de banaliser le FN.
Article suivant#ParlonsVrai: la démocratie en péril !
Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

1 COMMENTAIRE

  1. […] L’ère des faits alternatifs inaugurée par Donald Trump est une tragédie démocratique.Tragédie tout d’abord par les effets que des propos totalement faux peuvent générer. Ainsi, les prétendus attentats islamistes qui auraient été cachés par la presse dont les attentats de Paris, de Bruxelles, de Nice n’ont d’autres objectifs que d’essayer de mettre le feu aux poudres non seulement à l’intérieur des États-Unis mais également l’extérieur. Qu’il faille appeler un chat un chat y compris lorsqu’il s’agit d’attentats islamistes est nécessaire. Mais inventer des attentats qui ne se sont jamais produits ou prétendre qu’ils ont été tus n’est destiné qu’à stigmatiser la presse qui serait alors complice de ces attentats. C’est irresponsable, criminel, voire les deux.Rappelons-nous l’incendie du Reichstag, mis par Hitler sur le dos de ses opposants politiques alors que l’auteur de cet incendie non seulement n’avait aucun lien avec eux mais de surcroît avait probablement été manipulé par les services nazis. Il a été le prétexte de la disparition des partis politiques, des syndicats puis de la presse libre. Mais la tragédie des faits alternatifs est avant tout un cancer démocratique. Il ne peut y avoir démocratie que s’il y a confiance dans la parole publique et la presse est là pour informer, lutter contre la désinformation ou le mensonge et sa pluralité est précisément la condition du bon fonctionnement du système.S’attaquer comme Donald Trump le fait à la presse sape précisément l’état démocratique du système. S’il n’y a plus de vrai et de faux, il devient alors absolument impossible de mettre d’accord une société en partant de la vérité. Celle-ci n’existe plus puisque la réalité est niée. Dès lors, la parole publique est immédiatement sujette à caution et la démocratie s’étiole puis disparaît. Il n’est pas possible en effet de débattre sur des faits faux présentés comme vrais. Le drame est que l’usage des faits alternatifs se propage comme un virus dans le monde. C’était jusqu’à présent l’apanage système autoritaires et fascistes que d’utiliser le mensonge pour conforter un pouvoir incapable de se mesurer à la vérité. Dès lors que les systèmes démocratiques à commencer par le système américain recourent aux faits alternatifs comme de vulgaires dictatures, tout est possible.Nous en avions déjà eu quelques échantillons avec le Brexit où la campagne a reposé essentiellement sur un mensonge : les 350 millions d’euros payés à l’union européenne seraient intégralement reversés à la sécurité sociale. Il n’a pas fallu attendre le lendemain des élections pour que Boris Johnson et le député Farrage reconnaissent que c’était une « erreur ». C’était évidemment tout sauf une erreur, le terme erreur s’appliquant à un acte involontaire de l’esprit.Erreur ou présentation maladroite, voilà également deux mots utilisés lorsque « le fait alternatif » se heurte à une réalité indéniable enregistrée sur une image ou dans un son de l’intéressé lui-même. Ce sont les termes employés par François Fillon pour qualifier les contrevérités évidentes qu’il a pu égrener depuis 15 jours pour essayer de justifier une situation injustifiable. Hier encore, dans sa conférence de presse, affirmer que la journaliste qui avait interviewé sa femme en 2007 s’était montrée très choquée de l’utilisation qui avait été fait de cette interview qui aurait été en anglais et tronquée était-il un fait alternatif ? C’est en tout cas une contrevérité car l’interview était in extenso sur France 2 et la journaliste n’a jamais pris Cette position. D’où vient donc ce besoin irrépressible de présenter comme vrais des faits qui sont faux ? De fil en aiguille, de petits faits alternatifs en énormes mensonges, c’est la parole publique qui s’affaiblit pour ne devenir qu’un son parmi d’autres. Et, cet usage du fait alternatif s’accompagne de l’agression systématique et volontaire contre les deux pouvoirs qui pourraient à juste titre remettre les pendules à l’heure : La presse et la justice. Ce n’est pas un hasard si Donald Trump vitupère contre le magistrat et la cour d’appel qui se sont élevés contre son décret anti musulman ; pas plus que ce n’est un hasard si Marine Le Pen refuse de remettre en cause sa candidature si elle est mise en examen au motif qu’elle ne dépend pas du gouvernement des juges est et ose déposer une plainte contre les magistrats qui font leur travail ; ce n’est pas davantage un hasard si François Fillon met en cause le parquet financier. Et que dire de la mise en cause systématique de la presse, qui certes n’est pas parfaite, mais qui, grâce à sa pluralité, permet précisément de dégager une réalité.Bref, Trump et la culture du fait alternatif qui visiblement inspirent l’extrême droite et même certains à droite sont des venins pour le système démocratique. Corinne LepageVous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.  […]

LAISSER UN COMMENTAIRE