La « Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité » avance

0
769
Chantal Cutajar et Corinne Lepage. © Eurojournalist(e) CCO 1.0

Propos recueillis par Kai Littmann pour Mediapart.

(KL) – La « Déclaration des Droits de l’Homme » date de 1789 et si les valeurs contenues dans cette déclaration sont toujours d’actualité, force est de constater que le monde a pas mal changé depuis. Il était donc temps de penser à une nouvelle charte des valeurs universelles, plus en phase avec notre époque et l’ancienne ministre de l’environnement et grande activiste pour les questions d’environnement, Corinne Lepage, l’a fait. Le résultat en est la « Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité ». Nous avons rencontré Corinne Lepage à Strasbourg.

Corinne Lepage, la « Déclaration des Droits de l’Humanité » s’adresse en premier lieu aux gouvernements qui eux, violent assez systématiquement bon nombre de ces droits et valeurs. Avez-vous déjà eu des réactions concrètes de la part de gouvernements ?

Corinne Lepage : Les premières réactions sont tout à fait encourageantes. J’ai eu l’occasion de présenter la « Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité » à la conférence des ambassadeurs à Paris où elle a retenu l’attention de nombreux pays, nous sommes très soutenus par des collectivités et en premier lieu, par la ville de Strasbourg, différents pays se sont déjà déclarés prêts à signer cette Déclaration et nous avons reçu une lettre de soutien par François Hollande.

Une lettre de soutien de François Hollande, c’est bien, mais concrètement, qui signera ?

CL : Actuellement, ce sont de « petits » pays qui sont prêts à signer, comme les Iles Comores, le Tonga, Monaco ou encore Djibouti, mais les « grands » pays se mettent également en marche. Ainsi, le parlement italien a déjà voté en faveur de cette Déclaration et si la France fait bien son travail, on avancera alors bien…

Donc, en quelque sorte, vous espérez que plusieurs grands pays assument un rôle de « locomotive » pour motiver les autres à suivre ?

CL : Oui, en créant une telle dynamique, on peut créer un vrai mouvement, mais dans un premier temps, ce qui nous intéresse le plus, c’est de faire connaître cette déclaration par les citoyens. De telles évolutions ne peuvent plus être portées que par le monde politique, elles nécessitent l’adhésion des citoyens.

Est-ce que d’autres instances peuvent adhérer à cette Charte ?

CL : Oui, tout à fait. La ville de Strasbourg a déjà signé cette déclaration, la ville de Marseille également et Paris l’a signée aujourd’hui, jeudi 22 septembre. D’autres suivront, comme les villes de la Francophonie et bien d’autres.

Considérant que la raison principale pour les violations des points de cette Déclaration est l’argent et donc l’intérêt économique, comment comptez-vous convaincre les acteurs principaux à changer d’orientation ?

CL : Nous souhaitons fixer dans cette déclaration une vision d’avenir. La déclaration est destinée à servir à transformer des bonnes volontés comme celle exprimée lors de la COP 21 en « droit dur ». Nous souhaitons arriver au point d’un vote des Nations Unies pour que cette déclaration prenne une valeur juridique au niveau international. Et bien entendu, cette déclaration sert également à lancer un débat sur les valeurs universelles, comme point de départ pour changer le cours des choses.

Nous sommes à Strasbourg – que disent les institutions européennes ?

CL : Plusieurs eurodéputés soutiennent la démarche, comme l’Allemand Jo Leinen. De plus, le Conseil économique et social du Parlement Européen s’est déjà occupé de la déclaration et se prononcera très probablement favorablement à ce sujet…

Et le Conseil de l’Europe qui lui, représente tout de même 47 pays ?

CL : Il ne s’est pas encore prononcé, mais dans un premier temps, il s’agit surtout de mobiliser les peuples – les institutions politiques suivront, mais notre démarche vise d’abord à sensibiliser et à mobiliser les citoyens et citoyennes.

On imagine que ce travail de mobilisation et de communication dans tous les pays est gigantesque – comment vous vous y prenez ?

CL : Comme toutes les ONGs, nous passons par les réseaux sociaux, qui représentent le moyen le plus efficace pour s’adresser à la société civile. Et nous travaillons avec de nombreuses autres organisations, comme la Croix Verte   https://fr.wikipedia.org/wiki/Croix_verte    , des ONGs, mais aussi des peuples autochtones et certains pays, comme le Maroc, agissent déjà comme « multiplicateurs » pour notre démarche.

Madame Lepage, merci pour cet entretien !

PARTAGER
Article précédentLe JDD – Que reste-t-il des primaires citoyennes ?
Article suivantPollution de l’air, mal-aimé des gouvernements successifs
Vous connaissez mes engagements politiques, mais ma vie ne se limite pas à de la politique politicienne. Avocate, j’ai plaidé dans de nombreuses affaires liées à la défense de notre environnement. A travers de nombreux ouvrages j’ai décrypté le monde tel qu’il est et proposé des solutions pour améliorer certes notre environnement, mais aussi les conditions de vie de ceux qui le peuplent, de tous ceux qui espèrent mieux y vivre, de vous, de moi, de nous citoyens.

LAISSER UN COMMENTAIRE