Corinne Lepage

Mardi 4 octobre 2011 à 16 h 13 min

Corinne Lepage est née le 11 mai 1951 à Boulogne sur Seine. Mariée à Christian Jessua (un enfant Hélène née en1975) puis à Christian Huglo, (un enfant Benjamin né en1984) (deux petits enfants Eve et Ruben).

Elle fait ses études au Lycée Molière à Paris. Elle est diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris (1971). Elle obtient un DES de droit public et un DES de sciences politiques (1974) et la même année le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA). Elle prête serment en 1975. Elle rejoint le cabinet d’avocats fondé en 1969 par Christian Huglo, premier cabinet spécialisé en droit de l’environnement. Elle rentre au Conseil de l’ordre des avocats en 1987.

Elle a enseigné à l’Institut d’études politiques entre 1979 et 2010 et dans plusieurs universités / Paris I , II, et XII, Metz et Versailles, Saint Quentin en Yvelines.
Avocate :

Son nom apparaît dans les médias pour la première fois à l’occasion de l’affaire de l’Amoco Cadiz. Le cabinet s’engage aux côtés des collectivités locales (du Finistère et des Côtes d’Armor). A l’issue d’un procès d’une quinzaine d’années, le cabinet Huglo-Lepage obtient gain de cause contre le géant américain, créant ainsi une première mondiale qui protège les collectivités locales et associations de victimes de pollutions graves. Viendront ensuite la défense des collectivités locales et associations dans les procès contre Total (Erika). En 2010, elle défend l’Association des victimes des inondations de -La Faute sur -Mer consécutive au passage de la tempête Xynthia. En 2010-2011 elle plaide pour la fermeture de la centrale de Fessenheim (Alsace) et lutte contre l’exploitation des gaz de schiste.

Engagement associatif

En faveur :

  • De l’environnement
    Corinne Lepage défend les intérêts écologiques au Barreau de Paris et s’implique dans de nombreuses associations : elle est co-fondatrice avec Michèle Rivasi de l’Observatoire de vigilance et d’alerte écologique. Elle a créé le Comité de recherche et d’information sur le génie génétique (CRIIGEN) qu’elle a présidé jusqu’en 2010.
    En 1996, elle crée le club de réflexion politique CAP21 (citoyenneté, action, participation pour le XXIème siècle) qui se transformera en 2000 en mouvement politique ;
  • De la laïcité et des femmes
    Elle signe en 2005 «  l’appel pour un nouveau combat féministe », lancé par l’association « ni putes ni soumises ». La même année, elle manifeste devant l’ambassade du Canada contre les « tribunaux islamiques ». En avril 2006, elle lance avec Caroline Fourest et Pierre Cassen, la pétition « un cri contre le racisme et l’intégrisme ».
    Après le discours de Nicolas Sarkozy sur la place de la religion dans la vie publique (Palais de Saint-Jean de Latran) et ses déclarations sur la scientologie elle signe « l’appel du 14 février pour une vigilance républicaine ».

En octobre 2009 elle lance le club Terre démocrate.

Carrière politique

Corinne Lepage est candidate écologiste en 1981 et en 1993 aux élections régionales, elle est élue en 1989 à Cabourg, maire adjointe chargée de l’Environnement et de l’Urbanisme, réélue en 1995.

En 1995, elle est nommée ministre de l’Environnement du gouvernement Juppé, poste qu’elle occupera jusqu’en 1997. En 1996, la Loi Laure dite Loi Lepage, instaure la limitation de vitesse dans les métropoles françaises en cas de pics de pollution à l’ozone. La même année, elle obtient la création du Comité de la prévention et de la précaution.

Elle est candidate à l’élection présidentielle de 2002 ; candidate aux élections régionales de 2004 sur la liste UDF, elle refuse de participer à la fusion de second tour avec la liste UMP.
En 2007, Cap 21 est l’un des membres fondateurs du MoDem. Après la défaite de François Bayrou et la victoire de Nicolas Sarkozy, Corinne Lepage par « fidélité à ses convictions » refuse de participer au Gouvernement Fillon. Elle devient vice-présidente du MoDem et François Bayrou la présente comme tête de liste Nord-Ouest (Basse Normandie, Haute Normandie, Picardie) à l’occasion des élections européennes de juin 2009. Elle est élue eurodéputée. Elle siège au sein du groupe ADLE (Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe) et devient le 17 juillet 2009 la première vice-présidente de la commission Envi (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire ; elle est membre suppléant de la commission ITRE (industrie, recherche et énergie) au Parlement européen. Elle préside l’intergroupe « mer et zones côtières » depuis janvier 2010.

A l’automne 2009, elle démissionne de la présidence des commissions thématiques du MoDem dont elle conserve la vice-présidence qu’elle quittera en mars 2010.

Le 4 octobre 2011, elle déclare officiellement sa candidature à l’élection présidentielle.

Ouvrages

Elle est l’auteure entre autres de :

  • « La Politique de précaution », en coll. avec François Guéry (2000)
  • « Santé & Environnement : l’ABCdaire » (2005)
  • Ecoresp 1&2, « Vivre autrement » (2009)
  • Entre colère et espoirs (2009), « Sans le nucléaire on s’éclairerait à la bougie et autres tartes à la crème du discours technoscientifique » (2010)
  • « A vos droits citoyens ! » aux éditions ILV – Bibliotheca

Dans les Médias

Photos de campagne

juillet  2014
LMaMeJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Déficits publics

Retrouver le livre Déficits publics : le patrimoine des français en péril sur le site de l'éditeur.

A vos droits citoyens !

Le projet de réforme de la Constitution à télécharger et à débattre

Sur Facebook

Sur twitter

  • #FR2 reportage remarquable d élise Lucet oú les députés affirment qu ils n ont aucun problème avec la fraude fiscale de BAT ()
    RépondreRetweet
  • #france2 Woerth ne manque pas d air ,nous prend pour des pommes et insulte Éric de Montgolfier ()
    RépondreRetweet
  • La mer, un atout pour Marseille ? Vendredi 14 juin à 19 heures à l'ECOMOTIVE à Marseille avec @KarimZeribi http://t.co/EEdr90B6vQ ()
    RépondreRetweet